Le bureau d’études – bet fluides – est l’un des trois piliers de la construction. Incontournable aujourd’hui, il devient stratégique dans une démarche environnementale. Quels sont les enjeux derrière son action et comment “choisir” son ingénieur fluide ? Aw-eck vous aide à faire le point.

Le bet fluides en phase de conception

Au cours de l’esquisse, l’ingénieur fluides assiste les principaux choix architecturaux. Il intervient pour une étude morphologique et des calculs thermiques permettant de dresser les caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment. Il regarde également les options pressenties par l’architecte au regard de l’intégration des cibles HQE.

En avant-projet sommaire (APS), la cellule bet fluides de aw-eck analyse les besoins thermiques globaux du bâtiment et calcule les consommations à venir. Il délimite le projet et les processus majeurs à respecter dans une étude de faisabilité débouchant à plusieurs scénarii d’optimisation (Simulation Thermique Dynamique). Son livrable à ce stade permet un bilan prévisionnel présentant les avantages et les risques de chaque scénario, afin qu’il soit étudié par le comité de pilotage du Projet. Cette étape permet une première estimation du coût global et environnemental de la rénovation ou de la construction.

L’appréhension globale d’un projet aw-eck permet de réunir toutes les compétences sous un même protocole et d’optimiser ainsi le bâtiment dès sa phase de conception.

Durant l’APD (avant projet définitif), l’ingénieur fluides aw-eck mène, aux côtés de l’architecte mandataire, une étude plus approfondie. Ainsi, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre s’orientent contractuellement vers une solution optimale de très haute performance énergétique. La viabilité du projet est vérifiée au côté de l’architecte pour des questions de conception fonctionnelle générale. Les précédents choix d’équipements et de matériaux seront affinés. À ce stade, une étude technico-économique sur les solutions d’approvisionnement et de substitutions d’énergie peut être réalisée, ainsi que les études thermiques réglementaires (RT-2005 et RT-2012).

Vient ensuite la phase Projet/DCE qui est la mise en adéquation des choix techniques retenus avec la conception architecturale. Elle marquera la finalisation de l’étude. Lors de cette phase, le bet fluides attaché à votre projet documente et décrit le fonctionnement de chaque point le concernant contractuellement dans le CCTP.

L’ingénieur fluides en phase chantier

Lors de la passation des contrats de travaux, la cellule fluides de aw-eck accompagne le processus par la rédaction des pièces écrites du Dossier de Consultation des Entreprises (CDE) concernant les lots lui incombant. Cela concerne le chauffage par exemple et tout élément spécifié au CCTP. Un ingénieur fluides dont les compétences sont couplées à une dimension environnementale accompagne également le choix des offres au regard de leurs implications et des critères environnementaux. Au moment du Visa des études d’exécution et de synthèse, la cellule fluides examine la conformité des documents d’exécution des entrepreneurs.

Grâce à la proposition globale de aw-eck, le pilote du projet a aussi un oeil sur l’OPC (Ordonnancement, Pilotage, Coordination). Nous estimons qu’il est en effet crucial à ce stade d’intervenir pour s’assurer sur le terrain des performances théoriques obtenues en phase conception. Cela fait partie du postulat de départ de aw-eck d’accompagner les projets en amont de leur conception, sur tous les pans de leur construction, lui adjoignant la dimension de haute performance énergétique.

Enfin, en phase de réception, le bet fluides assiste le maître d’ouvrage, garant du parfait achèvement du chantier. Il vérifie notamment la performance de certaines installations. Il fournit enfin des prescriptions concernant la maintenance de systèmes et d’équipements.

Enjeux environnementaux : les bâtiments concernés

Les choix architecturaux et techniques, que l’on soit en construction ou en rénovation, ont une influence considérable sur les impacts environnementaux. En effet, ils touchent les consommations du bâtiment, le confort et la santé des occupants. Il en va de la même importance pour les matériaux utilisés et l’emplacement du projet.

Contrairement aux idées reçues, la construction d’un bâtiment « vert » ne coûte pas beaucoup plus cher. Une étude de l’Ademe – Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie – (Chiffres clés Énergie Climat 2012), montre que le surcoût lié à cette démarche représente environ 10% en phase de construction. Coût largement compensé ensuite par les économies réalisées lors de l’exploitation du bâtiment.

Investir dans les économies de ressources avant de construire, mettre une dose de « bon sens environnemental » dans un projet est la base même de l’aménagement durable. C’est surtout une appréhension du bâtiment qui doit devenir la norme de demain, éthiquement et normativement. La cellule fluides de aw-eck met ses compétences techniques et organisationnelles au service de cette démarche environnementale.

Dans une logique d’analyse en cycle de vie et de coût global, les ingénieurs fluides apportent aux maîtres d’ouvrages des solutions pérennes, parce qu’environnementalement responsables.